01/10/2001 - Les conséquences des attentats du 11 Septembre sur les populations musulmanes - Ignace Dalle et Samir Douaihy, journalistes à l' AFP

Rappelant que les attentats suicides remontent maintenant à 1983 (300 morts à Beyrouth), Ignace Dalle tente de cerner les racines d’un fondamentalisme antiaméricain dans le monde musulman :

    • L’alignement excessif du président Sadate sur les modes de vie américains proposés comme modèle à son peuple et engendrant un rejet des étudiants pour cause de perte d’identité (cf la thèse de G.Kepel qui donnera le livre “prophètes et pharaons ” sur l’islamisme égyptien) ;

    • Le déploiement d’une armée de mercenaires contre l’URSS en Afghanistan à partir de 1980 et la “capitulation ” de J.Carter devant les exigences du dictateur islamique pakistanais Zia Ul-Hacq ;

 

    • Le divorce entre Ben Laden et les USA lors de la guerre du Golfe (1990) ;

 

    • L’alignement des USA sur “l’agresseur ” irakien dans la guerre Iran-Irak (1980-1988), très mal ressenti par de nombreux musulmans ;

 

    • La complicité insolente entre les USA et Israël (à l’exception du tandem Bush-Baker) poussant au développement des colonies juives qui sont au cœur du conflit Israëlo-Palestinien (cf. rapport Mitchell) : à Gaza, 5000 colons consomment 80% de l’eau disponible face à 1,2 M de palestiniens désespérés.

 

    • Les talibans arrivés au pouvoir en 1996 grâce au soutien pakistanais financé par l’Arabie Saoudite et Ben Laden, sont courtisés jusqu’en 1998 par les intérêts pétroliers américains (UNOCAL). Ce n’est que lorsque le courant dur du mollah Ommar l’emporte que la communauté internationale exprime sa réserve.

 

En conclusion, la conjugaison d’une politique américaine au jour le jour et d’un acharnement sur l’IRAK d’une part, des fous de Dieu de l’autre conduit au 11 septembre. Chez beaucoup, une satisfaction ambiguë a résulté du camouflet infligé aux USA. Ben Laden n’est certes pas encore le héros des arabes et la grande masse des étudiants lui sont indifférents. La minorité agissante qui le soutient bénéficie de la lâcheté des gouvernants et de la mauvaise image que renvoie un certain nombre de gouvernements arabes : Tunisie, Syrie, Irak, Egypte. L’Europe, dont les lobbies agricoles (espagnol, français, italien) asphyxient l’agriculture maghrébine, devrait faire plus en matière économique. En mettant en cause la course au progrès technique, les islamistes n’ont-ils pas pris une longueur d’avance. La politique US devra être bien ciblée pour éviter que Ben Laden ne devienne un héros.

Pour Samir Douaihy, Ben Laden n’est pas considéré comme un héros mais il plaide, de façon générale et sur ce point, pour beaucoup de nuances dans l’analyse et le débat. Il souligne que si les américains font aujourd’hui l’épreuve de la violence, c’est depuis longtemps le lot quotidien au Moyen-Orient.

Farid Yaker rappelle que les premières victimes des fous d’Allah ont été algériennes et ont visé toute une élite intellectuelle qu’il fallait faire disparaître. Pour eux le problème d’Israël est d’abord celui d’une modernité remettant en cause les valeurs de l’Islam telles qu’ils les perçoivent. Les USA ont joué avec le feu lorsque les GIA ont été accueillis à Londres et aux USA. Il estime qu’on est en face d’un conflit Nord-Sud. On n’a pas prouvé l’intervention d’Etats dans les attentats du 11/9 qui ont provoqué la même satisfaction ambiguë chez les africains. Il faut donc mettre en place un nouvel ordre mondial permettant une justice égale pour tous.

Débat. Premières réactions ou observations :

    • Distinguer ce qui ressort du fondamentalisme et des inégalités dans le monde.

 

    • Le clan au pouvoir (les Saoud) depuis 1930 en Arabie appartient au wahhabisme, lecture très rigoriste de l’Islam. Il tient son pouvoir d’un accord profond avec les religieux (Oulémas). Soutenus par les USA, il est très contesté par la “middle class ” saoudienne surtout depuis que le courant américain, conduit par le roi Fahad, l’a emporté en 1991. L’Afghanistan est le deuxième pays où le wahhabisme est bien présent.

 

    • L’Islam n’a pas le privilège des religions qui à un moment ou un autre ont été liberticides. Ne pas parler de combat contre l’Islam mais contre les liberticides.

 

    • Certains pays arabes ont fait l’expérience de la modernité avec “nos mots ” (Nasser, Bourguiba, le Baas des origines…). L’impossibilité de penser le modernisme dans leur langage a provoqué l’arrivée des islamistes. L’ouverture à la modernité passera par une implosion de l’Islam après l’expérience des islamistes.

 

Ignace Dalle confirme la schizophrénie de l’Arabie. Au moins 6 des pilotes du 11/9 étaient des saoudiens aisés. L’Arabie subventionne les madrasas pakistanaises mais est en même temps le meilleur allié des USA.

S’agissant des inégalités et citant Olivier Roy, il note que d’une certaine façon l’islamisme a pris le relais de l’extrême gauche mais aussi que la révolution islamiste a échoué. De nouvelles classes devront accéder au pouvoir pour réintroduire la modernité ” de l’intérieur “, comme paraît le montrer l’Iran.

Pour Farid Yaker, ce n’est pas l’impasse des sociétés arabes qui a produit le fanatisme mais plutôt une réaction normale de la société traditionnelle bousculée et apeurée par la modernité. Ceci étant, les injustices sont le terreau du développement du terrorisme.

Autres réactions :

    • Distinguer avec J.Julliard la régionalisation des cultures et la mondialisation des valeurs. Si on désoccidentalise celles-ci dans la forme, on peut espérer trouver des voies de progrès. Encore faut-il un ordre social fondé sur la laïcité. Où en sont les forces vives dans le monde musulman d’aujourd’hui ? Pour un autre intervenant, l’histoire semble montrer que les pouvoirs arabes ont toujours été plus impitoyables avec leurs “laïcs de gauche ” (ndlr : il ne pourrait y en avoir de droite ?) qu’avec leurs religieux. La laïcité sera le problème du XXIème siècle dans ces régions : il faut y réfléchir.

 

    • Le choc des civilisations existe-t-il si l’on considère par exemple les musulmans de l’ex URSS ? l’Islam existe-t-il ? Celui du début du siècle était bien différent de celui d’aujourd’hui. Chérif Hussein (le père du petit roi de Jordanie) était l’un des plus modernistes. Il a été écarté du pouvoir et de la garde des lieux saints par les Anglais qui ont aidé les Saoud. Le problème essentiel n’est-il pas un problème de droit : le droit mondialisé n’a pas été respecté par ceux qui auraient du le défendre (les USA).Une grosse fracture existe entre les populations du Sud et leurs gouvernants, liée au soutien que leur ont apporté les USA. Ben Laden peut devenir un héros si les choses tournent mal. D’autres prendront sa relève le cas échéant.

 

Samir Douaihy constate qu’on a tous besoin de schématiser pour comprendre. Mais attention ! le problème est énorme et ne s’en satisfait pas. Il faut saisir pourquoi une grande partie du monde (en Russie aussi malgré la haine des tchétchènes) a été satisfaite du drame. La ligne de fracture est aussi entre deux niveaux de vie. Si certains (ndlr : américains ou occidentaux) pensent que la disparition du terrorisme résoudrait le problème et qu’ils pourraient continuer à piller tranquillement le monde fort de leur capacité à faire le droit à l’ONU, on va au devant de catastrophes vu les moyens dérisoires dont se sont contentés les terroristes.

Autres réactions :

    • Après la chute du mur en 1989, les Américains se sont désintéressés des germes qu’ils avaient semés pour l’emporter sur l’URSS, mais ne pas oublier qu’au-delà de leurs déviances et de leurs égoïsmes, ils restent porteurs d’une liberté qui est la référence absolue.

 

    • La résolution des inégalités ne se fera que sous une contrainte pesant sur les nations riches. La générosité spontanée n’existe pas. Mais cette contrainte suppose des interlocuteurs avec lesquels pouvoir dialoguer : ce n’est pas avec l’extrémisme fanatique et religieux qui a produit le terrorisme du 11/9, qu’il est acceptable de le faire ou qu’on peut avoir envie de le faire. Mais, souligne un autre, Mossadegh, on l’a abattu et on a appelé Nasser Hitler !

 

Pour Samir Douaihy, dans un conflit on ne peut imposer l’interlocuteur qu’on veut avoir. D’ailleurs qui a fait cas des millions de morts du Zaïre, de l’Angola, de l’Erythrée et. à Hiroshima. Les Américains et la liberté ? La plus grande partie du monde, ne saisit pas ce lien. La globalisation ne peut être que tous les marchés du monde soient aux américains pendant qu’ils se barricadent chez eux. Si l’on veut la mondialisation, il faut s’entraider. Le fanatisme est une projection avancée de beaucoup de peuples frustrés. Plus le temps avance, plus les ressources de la planète vont être pillées. Il faut poser le problème sous cet angle car les moyens de destruction massive vont se généraliser. Il regrette le départ des américains et des israéliens à Durban, mais aussi le discours européen. On ne voulait pas que la majorité s’exprime : la diversité de la planète est une richesse phénoménale que l’occident est en train de foutre en l’air. Le 11/9, ce n’est pas la liberté qui a été attaquée, mais les murs que nous (occidentaux) avons bâti pour protéger notre confort, comme le dit excellemment un lecteur de Libé.

Farid Yaker estime aussi que la dimension Nord-Sud va se développer rapidement. La tendance à la modernisation dans les pays du Sud est réprimée. L’UE devra changer d’attitude et par exemple ne plus soutenir Ben Ali. Le problème de justice est premier. Il est frappant de voir que les ONG, présentes en Afrique subsaharienne et en Amérique latine le sont beaucoup moins dans les pays arabes avec lesquels il semble y avoir un problème. Pourquoi ?

Gérard PIKETTY

Laisser un commentaire