• L'Europe à l'honneur au Club Citoyens.

Archives annuelles

Archive by category "Comptes rendus"

09/02/2021-Covid et Vaccins-Pascale Cossart

À l’aide de nombreuses diapositives Pascale Cossart décrit le fonctionnement de la cellule et sa perturbation par les différents types de virus. Il ne peut être ici question d’en rendre compte de façon détaillée. On se limitera à ce qui semble l’essentiel :

Le monde du vivant est partagé en trois grands groupes : le groupe des bactéries, le groupe des Archées et le groupe des Eucaryotes. Nous appartenons à ce dernier groupe dont les éléments sont composés de cellules à l’intérieur desquelles se trouve un noyau. Celui-ci comprend une très longue molécule, l’ADN qui est notre patrimoine génétique. Cet ADN contient toutes les informations indispensables à notre développement. Il peut à l’aide d’enzymes être transcrit notamment en un ARN qui pilotera la production des protéines nécessaires et qu’on appelle pour cela l’ARN messager.

Les virus ne se nourrissent pas, ne grandissent pas. Ils ne se divisent pas. Ce ne sont pas des organismes vivants. Ils ne se multiplient que s’ils peuvent pénétrer dans une cellule vivante. L’habitude les a classés dans la catégorie des microbes capables d’infecter les organismes vivants.

Le Corona virus SARS COV 2 provient d’une chauve-souris. Il est enveloppé dans une membrane couverte, comme une couronne, de nombreuses copies d’une protéine appelée spicule, spike en anglais. Celle-ci joue un rôle déterminant dans sa pénétration dans les cellules de certaines parties de notre corps.  

Cette membrane est faite de lipides dissous par le savon ou un gel hydro alcoolique. D’où l’importance de se laver fréquemment les mains. À l’intérieur de cette membrane, il y a un ARN simple brin.

La spicule reconnaît certaines cellules de notre corps contenant le « récepteur » ACE 2. Tout se joue alors entre la spicule et ces récepteurs qu’on trouve en différents endroits du corps, sur les cellules du nasopharynx, de l’intestin, des poumons etc.).

Le virus peut pénétrer la cellule de deux façons : soit la membrane de la cellule l’entoure en formant une petite poche (on dit une vacuole) qui va s’ouvrir dans le cytoplasme de la cellule infectée à condition que l’acidité de cette vacuole soit forte(c’est-à-dire un pH bas) , soit sa propre membrane fusionne avec celle de la cellule. Dans le premier cas on peut faire baisser l’ acidité et empêcher la libération de l’ARN du virus par certains médicaments comme la chloroquine. Cela fonctionne in vitro mais pas in vivo.

Quand le virus pénètre dans une cellule, il libère son ARN qui est répliqué de nombreuses fois et produit finalement de nouveaux virus qui infectent d’autres cellules. Le cycle de réplication du virus est dépendant de la machinerie de la cellule humaine.

50% des formes de la maladie sont asymptomatiques. Les formes sévères sont les plus rares. Les hospitalisations augmentent avec l’âge et il y en a plus chez les hommes que chez les femmes.

Lire le compte rendu →

18/01/2021 – Réindustrialiser la France ? Yves Bertoncini

La crise de la Covid a déclenché une réflexion qui coïncide heureusement avec la mise en place de la commission Van der Layen.

Si l’on exclut la construction, l’industrie compte en moyenne pour 19 % dans l’UE, 25 en Allemagne et 13 en France. Bien sûr, chaque pays a ses points forts mais cela montre que le taux français n’a pas de réalité dans beaucoup d’autres pays de l’UE. Il est le résultat de choix des politiques publiques, de cultures diverses.

Nous avons de grands groupes mondialisés mais le déficit important de la France en ETI (Entreprises de taille moyenne de 500 à 5000 employés) est bien connu (d’un facteur 10 par rapport à l’Allemagne). Or les ETI délocalisent moins facilement que les premiers.

Ceci étant faut-il relocaliser ou ré-insdustrialiser le pays ? et dans le deuxième cas dans quels domaines ? favoriser la localisation en France dans les domaines d’avenir (airbus de l’hydrogène par exemple) est mieux que de reproduire de l’acier en France.

Lire le compte rendu →

05/10/2020 – L’EUROPE d’après COVID – Thierry Chopin

Exposé Les 10 ans passés ont été marqués par des chocs de « souveraineté » (Crise Ukrainienne, crise migratoire, Brexit …) qui ont montré la fragilité de l’UE et accru la défiance à son endroit. La crise « COVID » est d’une autre nature, imprévue avec un impact brutal nécessitant une réponse forte et coordonnée, illustrée par la décision d’y faire face avec un plan de 750 G€ gagés par l’UE (dont les modalités de distribution restent à préciser). Jacques Delors a dû  pour cela sorti de son silence pour avertir : » le microbe est de retour : le manque de solidarité fait courir un risque mortel à l’Union Européenne.

Lire le compte rendu →

02/03/2020 – Djihadisme en Afrique – Christophe Boisbouvier

Au préalable, Ch. Boisbouvier tient à rappeler la mémoire des deux journalistes de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon tués le 2 novembre 2013 près de Kidal (Mali). En dépit des efforts menés par l’avocate Marie Dosé les juges d’instruction Trévidic et Herbaut pour savoir par qui, on l’ignore encore.

Lire le compte rendu →

02/02/2020 – Soulèvements au Moyen Orient – Agnès Levallois

Exposé

Nous sommes en train de vivre une deuxième vague de contestations populaires après celle de 2011.

Commencée en Algérie, on assiste à un étonnant processus de transition. Les mouvements de 2011 étaient devenus des mouvements violents dégénérant en guerres bien loin d’être terminées. La volonté des manifestants de ne pas tomber dans le piège de la militarisation est aujourd’hui nouvelle car la militarisation implique des ingérences extérieures qui rajoutent des complexités.

La nouvelle génération de manifestants mieux formée que ses aînées s’est développée avec un nouvel élément : « Al Djezira », véritable révolution dans une région où l’info était contrôlée. Les jeunes regardent les débats organisés par la chaîne, voient ce qui se passe en Occident, ont mûri et se disent qu’il n’y a pas de fatalité à subir des régimes autoritaires.

L’Algérie de 2011 était restée à l’écart de la vague de contestations douloureusement marquée qu’elle était par la décennie noire de la guerre civile. Le pouvoir cajolait par ailleurs les jeunes grâce à la rente pétrolière.

En Arabie Saoudite (AS) la contestation a commencé dans l’Est du pays. Le pouvoir y a distribué beaucoup d’argent et donné quelques maigres droits civiques à la population chiite pour appuyer une contre-révolution visant son pire ennemi : les Frères Musulmans.

Lire le compte rendu →