06/12/2010 - La Chine et ses minorités - Philippe Rochot

Exposé

Les minorités représentent moins de 10% de la population chinoise. Elles se concentrent pour beaucoup dans les zones frontalières qui disposent de ressources naturelles importantes métaux rares, gaz et pétrole « ouïgours » etc…
La constitution reconnaît 56 minorités qui ont de ce fait d’avoir droit à deux enfants par femme pour les minorités de moins de 10Mp – en fait 4 à 5 donnant lieu à 20M d’ « enfants de l’ombre » sans droits politiques ou sociaux.
Le gvt a peur des séparatismes tibétain et ouïgour avec une répression visible au Tibet et au Xinjiang (répression du soulèvement ouïgoour en 2009 avec 150 morts).
Le gvt chinois essaie de gommer la culture et l’identité de ces minorités et freine l’enseignement de leurs langues à l’avantage du mandarin. Alors qu’il s’agit de régions pauvres où l’enseignement est difficile à dispenser à toute la population, celui-ci est payant. Pour y pallier, des associations se créent pour éduquer les enfants. Elles sont tolérées. Les tibétains arrivent à envoyer chaque année en Inde 3000 enfants auprès du Dalaï Lama.
Ces minorités sont pour beaucoup en phase de folklorisation par le gvt Chinois qui leur laisse leurs musiques et leurs costumes au bénéfice du tourisme qui apporte des ressources. 120M de personnes des « minorités » sont représentées avec le feu vert du PC à l’Assemblée Nationale Populaire (20% des sièges réservés à l’armée) qui se réunit une fois l’an en une grand messe pour émettre des avis consultatifs. Le Tibet enregistre un taux de croissance de 12% qui, pour le gvt, ne justifie aucune révolte, ni l’intérêt des étrangers pour « la question tibétaine ».
En fait, toutes les affaires s’y mènent en et entre chinois qui remportent la plupart des projets et les tibétains se sentent comme des citoyens de 2ème zone. Il y a une école des minorités à Pékin pour « formater » à la chinoise les élites de ces minorités par 7 à 8 ans d’études (15000 candidats tibétains pour 700 places). 20% des moines sont des mouchards du PC chinois infiltrés dans les monastères.
Les Ouïgours, installés au Xinjiang (ancien Turkestan oriental), constituent la minorité la plus inquiétante pour le gvt de par sa position à la frontière du Pakistan et de l’Afghanistan.
Le gvt cherche à sédentariser les nomades. Beaucoup d’émigration de minoritaires vers la province du GuangDong (SE de la Chine englobant Hong Kong et Macao). Mais à l’inverse, on constate un début d’implantation d’usines dans les régions pauvres.
Le gvt laisse se développer les minorités religieuses si elles s’abstiennent de revendications sociales ou politiques. Toutes les religions sont dirigées par le PC. La minorité catholique (15M) est considérée comme remuante à cause du Vatican qui ne reconnaît pas les évêques nommés par le gvt. Il existe ainsi une église du silence à côté de l’église officielle. Il n’en reste pas moins que la conversion au catholicisme est à la mode. On compte aussi une trentaine de millions de protestants et autant de musulmans dont les imams sont formés par le PC.

Débat

Q1. Pour quoi le droit à deux enfants a-t-il été donné aux minorités ? Y a-t-il des minoritaires dans la nomenklatura ? La tendance est-elle à une revendication identitaire de la part des minorités ?
R. Le pouvoir ne juge pas dangereux d’accorder ce droit à deux enfants et considère que c’est un moyen de se les attacher.
Oui, il y a des minoritaires dans la nomenklatura, pour beaucoup issus de l’école des minorités de Pékin. Les tibétains ont en fait une position nuancée vis à vis de Pékin, pour partie liée aux 200000 soldats chinois stationnés au Tibet pour surveiller l’Inde.
Il y aura toujours une contestation au sein des minorités face à la mise au pas des « Hans ». La dissidente Rabia Kader expulsée, vit aux USA et se bat pour les ouïgours malgré 9 enfants restés au Xinjiang qui sont périodiquement inquiétés par le gvt.

Q2. Objectifs, moyens et résultats de la politique de contrôle des naissances ?
R. Le contrôle des naissances a commencé en 1978, mais est en voie de s’assouplir – contre paiement- pour cause de déformation excsessive de la pyramide des âges.

Q3. Attitude du pouvoir vis à vis des filles ? Des universitaires viennent épouser des femmes coréennes.
R. Les échographies restent secrètes, mais les femmes paient pour les avoir et recourent à l »avortement ? Pas de graçons à adopter sauf handicapés. 100000 personnes passent chaque année de Corée du Nord en Chine avec un gros trafic de femmes et d’enfants.

Q4. Après avoir vu le film « La rizière » tourné en Dong dans un village Dong (minorité de 280 000 h soit 0,6% de la population de la province du Guangxi), on se demande si les minorités ne sont pas de plus en plus minoritaires et s’il n’y a pas une politique d’intégration pour les faire disparaître ? L’enrichissement général touche-t-il aussi les minorités ?
R. Avec le système du Hukou, il faut avoir une autorisation pour pouvoir changer de province. C’est un facteur d’intégration des minorités qui ont un statut très vulnérable. Les minorités bénéficient aussi de l’enrichissement général, mais moins que les Hans.

Q5. Liberté de la presse ?
R. La presse a changé. On y voit de la pub et des critiques…dans la limite tolérée par le gvt qui peut être assez large s’il y voit intérêt (par exemple pour le lait frelaté). On y a vu un débat sur une réforme du Hukou, ce système de contrôle des migrants des campagnes pauvres vers les villes.
Q6. Comment fonctionne Internet en Chine ? R. 300M d’internautes pour 30000 policiers du Net qui contrôlent à partir de mots clés. Le gvt a aussi créé « Baidu » baptisé le « Google chinois » qui se développe rapidement. Impossible par cette voie d’accéder à un site Tibétain. Beaucoup de gens veulent remettre en cause des inégalités flagrantes au moyen du net.

Q7. Vous dites que la liberté s’arrête à la contestation du pouvoir central. Mais le PC est un parti attrape tout dès que vous avez du talent. Il y a des débats féroces en son sein. L’idéologie des Droits de l’Homme n’accroche pas car le débat est à l’intérieur du Parti. S. Le principe de base dans les pays communistes est le centralisme démocratique : une seule voix à l’extérieur du Parti. Ce n’est pas la démocratie.
R. Il est de bon ton d’adhérer au Parti pour un chef d’entreprise. Cela fait des relations. Il ne reste du communisme que la façade.

Q8. Que représente pour le Parti la référence au taoïsme comme alternative à la démocratie occidentale ? Qu’en est-il de la propriété privée ?
R. On peut être propriétaire de sa maison mais la terre est louée.cela donne lieu à des réquisitions à bas prix (dans le Honan) et à une rafle des bonnes terres autour des villes pour faire des golfs sans réaction du pouvoir central.

Q9. Importance de l’exode rural ? Y a-t-il une conscience ouvrière ? Fin 2009, les ¾ des usines fermées à cause de la crise, concernent le bas de gamme et ne rouvriront qu’hors de Chine. Transfert de technologie : y a-t-il essentiellement du pompage ou y a-t-il un effort de recherche fondamentale ?
On parle de l’énorme excédent commercial chinois, mais comment fonctionne le contrôle des changes en Chine ? : Ce sont les entreprises exportatrices qui ramènent les $. Le gvt est bien obligé de leur en donner la contrepartie en Yuans qui doit finir par alimenter une inflation. Comment évalue-t-il leurs besoins en devises ?

R. 200-250M de migrants vont travailler dans les villes dans de très mauvaises conditions. La situation change un peu car il devient difficile de trouver des ouvriers dans le Guangdong. On voit un début de délocalisation des usines dans les zones pauvres.
On voit beaucoup de petites révoltes ouvrières, mais sans intervention syndicale et sans unité. Pourtant 2% des salaires sont prélevées au bénéfice du syndicat officiel. Un droit du travail est en train de s’installer, assez respecté dans les usines étrangères, moins dans les autres. Une usine Airbus s’est installée près de Pékin. Alstom n’a aucune chance d’avoir le contrat de ligne TGV au Brésil : les chinois l’emporteront ! Il faut financer l’investissement et ils ont d’énormes réserves. S. L’attitude chinoise face au transfert de technologie est bien différente de ce que l’on peut voir par exemple en Indonésie : le désir de comprendre et de s’émanciper des connaissances étrangères l’emporte nettement sur le copiage stricto sensu.

Q10. Y a-t-il un retour de la diaspora chinoise ? Comment est perçue Taïwan ?
R. Il y a toujours une envie de partir ailleurs. Mais si on ne réussit pas, on n’ose pas rentrer. En pratique, des rapprochements importants ont eu lieu avec Taïwan: liaisons aériennes directes. Il y a des touristes chinois à Taïpeh. Pour le reste, la VIème flotte US est là pour veiller au grain !

Q11. Qu’en est-il de la culture traditionnelle, de la santé, de l’assurance maladie, des retraites ?
R. On a tiré un trait sur la culture traditionnelle. On fait du kitch à l’occidentale. Pour un jeune médecin chinois, le communisme est en France : Transports, enseignement et santé gratuits ! L’hôpital chinois est très cher. Le gvt fait revenir de l’étranger des médecins chinois payés très cher.
Il y a un grand mouvement de réflexion sur une organisation très moderne de l’accès aux soins. Aujourd’hui, la prise en charge des soins est tombée à près de 30% avec les privatisations et l’accès aux soins est très difficile.

Q12. Que reste-t-il du maoïsme ? Les anciens gardes rouges sont-ils fiers de l’avoir été ?
R. Oui, ils sont plutôt fiers. Il y a des expéditions de GR qui se sont bien passées. Mao reste dans l’esprit des gens comme l’unificateur. Il n’y a pas de grosse critique contre lui (Le gvt ne l’admettrait pas). En témoignent les 500m de queue à faire pour aller devant son mausolée. Les chinois, en majorité, ne savent pas ce qui s’est passé à Tien an men. Ils ne se sentent pas coupables quand on leur parle de démocratie. La Chine est un modèle antidémocratique qui ne s’intègre pas dans nos stéréotypes de dictature.

Gérard Piketty

Laisser un commentaire