• L'Europe à l'honneur au Club Citoyens.

Archives annuelles

Archive by category "Société"

04/10/2021 – Géopolitique et sécurité globale – Bertand Badie

« La notion de Sécurité Globale, «Global Security», est l’objet de dizaines de commissions

internationales, mais est ignorée en France où elle est confondue avec les problèmes de police.

« Il faudrait rebaptiser le titre de cette conférence sur la géopolitique. Les puissances

mondialisées dont les relations internationales forment la géopolitique, je n’y crois plus. Je me

révolte contre l’usage excessif de la géopolitique ».

Ce mot a une histoire, qui commence en Allemagne en quête d’unification au 18-19° siècle. Dans

le monde westphalien (après le traité de Westphalie ,1648) s’est formée la première carte durable

de l’Europe. Ce sont alors les relations inter-étatiques qui comptent. Les principes :

– Principe de territorialité : les frontières du territoire marquent la souveraineté, la compétence

de l’Etat qui assure la sécurité. On a besoin du Souverain (le Leviathan) pour organiser la

sécurité et éviter la guerre de tous contre tous.

– Le choc des puissances : c’est l’idée d’une compétition entre Etats souverains et pour

organiser leurs relations, il y a la guerre. Hobbes avec Le Léviathan (1651) est le fondateur de la

politique internationale. Entre puissances, c’est la course à la puissance. La paix c’est l’avantguerre, l’entre-deux guerres. Hobbes prône donc l’équilibre des puissances pour prévenir

l’attaque par un voisin. C’est ce qui s’est passé en 1945 et avec la Guerre Froide : la solution

de l’équilbre thermonucléaire.

Mais c’est fini sauf dans la tête des dirigeants !

Ex : Les printemps arabes, les guerres civiles (Libye, Syrie), qui deviennent éventuellement des

conflits inter-étatiques après.

Est-ce que la puissance mène encore le monde ? Les guerres ne se gagnent plus. Et souvent

c’est le plus faible qui gagne ( Vietnam 1975, 25 août 2021, etc.)La puissance est impuissante.

Après la guerre en 1945, les USA vainqueurs pensaient que la puissance écraserait le Mal,

sauverait le monde, et universaliserait la démocratie. Les descendants des pèlerins du Mayflower

se voyaient un rôle messianique. Ils prolongeraient partout le système européen d’états

souverains appliquant le droit international, obéissant à Hobbes.

Lire le compte rendu →

05/10/2020 – L’EUROPE d’après COVID – Thierry Chopin

Exposé Les 10 ans passés ont été marqués par des chocs de « souveraineté » (Crise Ukrainienne, crise migratoire, Brexit …) qui ont montré la fragilité de l’UE et accru la défiance à son endroit. La crise « COVID » est d’une autre nature, imprévue avec un impact brutal nécessitant une réponse forte et coordonnée, illustrée par la décision d’y faire face avec un plan de 750 G€ gagés par l’UE (dont les modalités de distribution restent à préciser). Jacques Delors a dû  pour cela sorti de son silence pour avertir : » le microbe est de retour : le manque de solidarité fait courir un risque mortel à l’Union Européenne.

Lire le compte rendu →

02/12/2019 – BREXIT – Philippe Bernard

Correspondant du Monde au Royaume Uni de 2014 à 2019

Exposé

Le Brexit aura lieu mais les négociations vont durer longtemps. Les élections à venir du 12 décembre ne sont qu’une péripétie d’une histoire au long cours. Voici bientôt quatre ans que par référendum les britanniques ont voté à 51,9 % pour la sortie de l’UE.

Overdose du mot « Brexit » : 4060 articles du « Monde » avec le mot Brexit. Exaspération des Britanniques avec trois élections législatives en 2015 (Cameron), en 2017 (May) et dans quelques jours en 2019 (Johnson).

Je retire trois leçons fondamentales de mon passage à Londres :

Lire le compte rendu →

07/10/2019 – Les populismes – Marc Lazar

Exposé

Le populisme est-il contagieux ? Tout le monde en parle. C’est un mot-valise. Je vais me concentrer sur l’Europe. Qu’entend-on par « populisme » ? Immense production scientifique à ce sujet. Deux grandes interprétations :

  1. Ceux qui considèrent que c’est une idéologie. Interprétation séduisante pour voir ce qui s’est développé depuis le XVIIIème siècle mais on saisit mal son corpus doctrinal
  2. Ceux qui considèrent que c‘est avant tout un style. Il peut alors se combiner avec des partis traditionnels. Le communisme a une composante populiste contrebalancée par de l’idéologie. On pourrait en dire autant du gaullisme, du fascisme. Un style populiste existe en soi avec le mouvement « cinq étoiles ».
Lire le compte rendu →

04/01/2016 – La famille enjeu d’avenir pour l’Église – Danièle Hervieu-Léger

Exposé
Nous sommes face à un éclatement probable du « système » catholique en général. Il est difficile de penser la diversité catholique mais cette fragmentation menace la survie de l’institution, menace forgée par sa résistance à la modernité démocratique, aux droits de l’homme etc…
Le modèle de l’intransigeantisme catholique s’est bâti dans la foulée de la révolution française en réduisant les courants libéraux. Ses deux manifestations emblématiques sont le Syllabus en 1864 qui dénonce les errements du monde moderne et le dogme de l’infaillibilité pontificale de 1870.
Il se fissure très vite par les succès de la science moderne et la mise en place de l’école démocratique qui élève le niveau d’instruction générale du peuple, non sans provoquer en réaction le raidissement du modèle, avec Pie XII notamment.
L’effondrement s’accélère sous la pression des revendications d’autonomie. Vatican II (1962) est le résultat d’un effort pour y répondre en desserrant le carcan théologico-politique de l’intransigeantisme (déclaration sur les libertés religieuses). Il représente une ouverture mesurée à l’autonomisme. Il ne prétend plus à la régie du monde. Le mythe de la chrétienté s’effondre mais il prétend encore à exercer un magistère éthique.
Ce déplacement ne sauve en rien la situation. La dissidence lefebvriste est un fait majeur. Le concile n’a pas enrayé le hiatus entre vie civile et l’église (cf. Humanae vitae de 1968). Cette distance culturelle atteint directement la matrice civilisationnelle (sic !) bâtie pendant des siècles de « l’État moral et enseignant » par lequel l’Église continuait à s’adresser à tous.
Au delà d’un petit noyau de fidèles, les autres ne savent même plus ce dont elle parle. François Dubey va jusqu’à faire un parallèle entre la décomposition scolaire et celle de l’institution. Plaider que les « forces vives » sont ailleurs est une fiction : la vague évangélique minorise l’église catholique. Le « système catholique » est fragilisé par le catholicisme occidental.
Cette fragmentation (cf Lefebvre) est l’obsession des derniers pontificats : avec Jean Paul II – pontificat de l’escamotage charismatique de la question par l’incarnation de l’unité sur sa personne charismatique – on assiste à un émiettement de la collégialité. Benoît XVI – l’histoire lui rendra justice – engage la réforme de la Curie et cherche à retrouver l’unité avec les lefebvristes grâce à une production intellectuelle de haut niveau mais déconnectée de la réalité.
Une lourde charge d’attente pèse donc sur François qui a pour lui d’être un pape « venu d’ailleurs » mais jusqu’à un certain point car l’Argentine est venue d’Europe et plutôt que d’un monde « de l’ailleurs », il s’agit d’un monde écartelé.

Lire le compte rendu →