Archives annuelles

01/04/2019 - Nationalisme et populisme en Inde - Christian Jaffrelot

Exposé. 

                Il s’agit d’un national-populisme qui s’enracine dans la culture Hindoue. Il a pris deux visages : Séculariste et Universaliste en 1947 avec Gandhi. La constitution reconnaît également toutes les religions.

Un autre qui prend racine vers 1920 avec la disparition du califat. Il cherche d’abord à quadriller le territoire pour muscler les jeunes au physique et au moral (mythe aryen d’une race pure née en Inde. Ce qui est faux, les premiers aryens apparaissent dans le Caucase).

Après un premier choc en 1948 avec l’assassinat du mahatma Gandhi par un indien lui reprochant d’avoir accepté la partition, un mouvement se développe alors et crée un parti politique qui va incarner le nationalisme dans l’arène politique. Cela reste un groupuscule jusqu’à la fin du siècle où il prend enfin son essor en réaction :

  • au terrorisme islamique qui a gagné l’Afghanistan et s’en prend au Cachemire
  • à l’arrivée au pouvoir des forces de gauche qui aident les castes défavorisées à s’élever en accédant à l’éducation (mise en place d’un quota de 15% pour les intouchables et les castes voisines entraînant révolte et manifestations des castes supérieures). Il est le seul parti à refuser de voter les quotas.

Le succès du BJP va grandissant lui permettant d’obtenir la majorité relative en 1998 dans l’État du Gujarat et d’y prendre le pouvoir en 2001 en inventant le concept de national-populisme en réaction au national-élitisme et à la dynastie Gandhi ( Nehru, Indira Gandhi). Modi utilise un vocabulaire nouveau et les nouvelles technologies de communication et se fait remarquer par sa capacité à se lier aux milieux d’affaires. Il gagne aux élections de 2002, 2007 et 2012  en cultivant son image de protecteur des Hindous (« L’empereur des cœurs hindous »).

Il emporte avec le BJP la majorité absolue aux élections nationales de 2014. Sa politique vise autant le peuple que la religion et rappelle par là le sionisme. Ceux qui ne sont pas issus d’un lignage n’ont plus d’identité et n’existent plus. Il favorise une critique du Mahatma Gandhi et vénère son assassin.

Comme il ne peut changer la constitution à cause de l’opposition du Sénat, il s’attache à mettre en avant le mythe aryen par l’éducation. Nehru disparaît de l’histoire de l’Inde. Il attaque les ONG souvent catholiques, empêche l’argent étranger de leur arriver. Le nombre ‘ONG a été divisé par deux en Cinq ans pour s’établir à 15000. Il cible les minorités avec des campagnes de mobilisation sur le terrain pour empêcher les mariages mixtes (malveillances, dénonciations auprès des parents) mais aussi reconvertir à l’hindouisme ceux qui s’en sont éloignés, revivifier les fêtes hindoues, protéger les vaches sacrées (l’Inde est le premier exportateur de viande bovine. Des militants cherchent à intercepter les camions de bovins), éviter la mixité au niveau de l’habitat par des techniques d’intimidation. Les musulmans ne peuvent plus prier en plein air. Ils ne peuvent plus prier que dans les quartiers musulmans, les plus pauvres. Lynchages de musulmans.

Le gouvernement nationaliste impose un tournant majeur dans le discours public et sur le terrain les militants nationalistes font la police. C’est dangereux et un vrai problème sociétal. Les militants sont jeunes, masculins et pour beaucoup par dizaines de millions sans travail : peu de croissance et avec peu d’emplois. Ils ont mal vécu la montée des basses castes mais sont payés. Personne n’ose aller contre ces bandes armées.

Au-delà du politique, toutes les structures sociales ont été touchées par le mouvement.

Débat

                Q1.  Quelles sont les forces en présence pour les prochaines élections ?

R.  La situation est moins pire pour le Congrès qu’en 2014. Les élections sont à un tour. Il faut 31% des voix pour avoir la majorité au Parlement. Le BJP ne devrait pas l’avoir en raison du peu de résultats de sa politique économique, mais il arrivera en tête. Le Congrès sera en 2ème position et pourrait franchir la barre des 120 sièges /540 alors qu’il détient actuellement 47 sièges. Il y a une myriade de petits partis régionaux car les indiens, paysans en large majorité, votent pour des partis régionaux sans effets possibles sur l’évolution des choses. Les musulmans cherchent les moyens les plus efficaces pour faire barrage au BJP (un parti national musulman au Kerala)

                Q2.  Quels sont le ou les marqueurs sociaux de l’hindouisme ?

R.  Les patronymes renvoient à la caste mais aussi les prénoms, les signes rituels… Très peu de noms prêtent à confusion.

                Q3.  Où en est-on sur le droit des femmes ?

R.  Cela dépend des endroits. Le villageois vit avec ses beaux-parents. On se marie dans la caste mais dans un autre village.  La dot est toujours en vigueur. Un algorithme permet de l’évaluer.

Le national-populisme parle au nom du groupe populiste majoritaire alors que le populisme de gauche donne plus de poids au peuple. On est dans un totalitarisme.

                Q4.  On est dans un pays fédéral avec 29 États. Poids du fédéralisme ? .. des politiques locales ?

R.  Elles sont importantes mais souffrent du centralisme actuel. Les quatre États du sud sont en avance avec un moindre taux de croissance démographique mais ce sont les États pauvres à démographie galopante qui décident de l’avenir du pays. Modi a centralisé à l’excès.

                Q5.  Comment se présentent les relations extérieures de l’Inde ?

R.  Le Pakistan et la chine sont dans le même sac pour laisser à la Chine les mains libres dans le Sud-Est asiatique. La route de la soie passe par le Pakistan pour rejoindre l’Arabie Saoudite. Modi se tourne donc vers Trump, Shinzo Abe et les français qui ont ouvert aux indiens leurs bases de Mayotte et de Djibouti. L’Inde cherche à garder des liens avec la Russie pour les empêcher de se tourner vers la Chine.

                Q6.  Comment se fait l’équilibre riches/pauvres dans les énormes villes que sont New Delhi (26 Mh), Bombay (20 Mh) ?

R.  Un bidonville d’1 Mh au centre de Bombay entoure le centre d’affaires le pourvoyant de « servants ». Une violence urbaine commence à se développer dans le Nord.

                Q7.  Poids de l’armée ?

R.   Elle est nombreuse (1,2 M de personnes) et d’une docilité irréprochable à l’égard des civils. Beaucoup de corruption dans les achats amenant à des révoltes. Cela évolue un peu. Certains rentrent en politique avec un risque de polarisation de l’armée mais encore lointain. L’armée est traditionnellement modérée.

                Q8.  L’état de l’économie est très mauvais et empire.

R. 2 M morts dus à la pollution atmosphérique. Les expatriés quittent New Delhi. On ne sort pas les enfants dehors. Le populisme détourne les gens des vrais problèmes. Pas de partis politiques pour porter cette parole. L’énergie d’avenir est le charbon.

                Q9.  L’éducation ? Très bonne autrefois et maintenant ?

R.  Elle n’est plus aussi prioritaire qu’il le faudrait. 50% des enfants sont scolarisés dans le privé. Beaucoup de départs d’une école vers une autre. 7% seulement des enfants arrivent à l’université (50% des thésards aux USA ne sont pas américains).

                Q10.  Politique démographique ?

R.  Vraie diminution de la fécondité à cause du coût de l’éducation et du défaut de retraites (seulement 10% des gens sont salariés et cotisent)

                Q11.  Les modèles culturels occidentaux pénètrent-ils la société ? Qui paie l’impôt ? Ressources de l’État ? L’industrie s’ouvre-t-elle sur autre chose que la tradition ?

R.  Peu de filiales de sociétés américaines en Inde. Autonomie culturelle très forte. Solidarité de caste très forte. Le mariage arrangé reste fort.  Pas d’orchestre philharmonique indien. L’attractivité de notre modèle est perdue.

Pas d’impôt direct.  La fraude fiscale reste forte. 68 G$ de revenus proviennent des migrants. Beaucoup de très grandes fortunes.

                Q12.  Liens avec l’UK ?

R.  Ténus et le brexit n’arrange rien. L’UK est très dure avec les visas. T. May  compte les étudiants comme des migrants. Les élites se tournent vers les USA.

                Q13.  Que devient la notion de pays émergent ?

R.  Les émergents ont émergé.

                Q14.  Jusqu’où peuvent mener les accrochages aériens avec le Pakistan ?

R.  Cela aurait p déraper cette fois-ci. Modi veut apparaître comme le protecteur du peuple.

                Q15.  Y a-t-il encore beaucoup de famines, de gens qui meurent de faim ?

R.  la malnutrition est très répandue. Un tiers des indiens en souffrent.

                Q16. Avenir de Modi ?

R.  Il est issu d’une famille très modeste. Sa famille a été le mouvement nationaliste indien où il a fait toute sa carrière. Il a une grande capacité d’organisateur. Aucun mandat électif avant 2001 alors qu’il était déjà chef du gouvernement. C’est un homme de débat, un animal politique..

                Q17.  État de l’émigration ?

R.  la diaspora indienne est partout dans le monde. 10 M en Arabie saoudite. Peu en Europe.

                                                                                                                                              Gérard Piketty

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.