Mot clé : SECURITE

09/05/2016 – Politiques sécuritaires et démocratie – Jean Marie Delarue

Les politiques sécuritaires : défis pour l'Europe ? avec Jean Marie Delarue le 9 mai

Les politiques sécuritaires mettent-elles en péril les pratiques démocratiques ?

En Europe, certains gouvernements ont fait adopter des législations qui remettent en cause les principes de nomination des magistrats des Hautes Cours. La commission Européenne s’inquiète et met en œuvre des procédures de sauvegarde de l’Etat de Droit qui pourraient entrainer à terme une privation de leur droit de vote pour ces Etats. Mais on observe que, devant les attaques du terrorisme, la France a réagi à partir de 1986, en adoptant des législations de protection et que l’évolution actuelle, avec l’état d’urgence, conduit notre pays à enlever au juge ses pouvoirs de contrôle pour donner à l’administration des pouvoirs sans contrôle : en 1986, on allonge les gardes à vue à 4 jours pour les soupçons de terrorisme. En 1996, les perquisitions de nuit deviennent possibles en cas d’éventuelles « associations de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste ». En 2001, on autorise les fouilles de véhicules sans procédure de flagrant délit. En 2006, on autorise les fournisseurs d’accès à Internet à conserver les données. En 2008, on crée la rétention de sûreté, la garde à vue passe à 6 jours. En 2014, on crée l’interdiction administrative de sortie du territoire et le délit d’«entreprise terroriste individuelle » en cas de consultation de sites djihadistes, repérages, interceptions de discussions, etc, on est donc en amont de ce qu’on peut qualifier comme terrorisme… En 2015, la loi sur le renseignement fixe un cadre légal à des techniques de surveillance (captations de sons et d’images dans des lieux privés) sans contrôle judiciaire. Le 22 mars 2016, loi « relative à la prévention et à la lutte contre les incivilités et le terrorisme » arme les agents de la sécurité ferroviaire et étend la vidéo-surveillance. Et un projet de loi modifiant la procédure pénale pour la lutte contre le terrorisme est actuellement en discussion.

Lire la suite →

05/10/2015 – Que recouvre le vote FN ? – Hervé Le Bras

La physionomie et les attentes de l'électorat du FN, le 5 octobre, avec Hervé le Bras

EXPOSE

Le vote FN est apparu en 1984 soit depuis 31 ans. Difficile à admettre sur une telle durée qu’il ne s’agisse que d’un vote de mécontentement.
Trois zones privilégiées : le Nord-Est, la zone méditerranéenne, le long des fleuves apparaissent avec une grande constance. Mais vote très contrasté au niveau des communes.
S’agit-il du fonds historique de l’extrême droite ? L’évolution des cartes des votes d’extrême droite depuis 1889 (Général Boulanger), jusques qu’au vote « Tixier Vignancourt » de 1979 ne montre aucune corrélation.
Mais corrélation dans le temps depuis 1875 avec les cartes de « motivations » axées sur l’immigration et la sécurité qui sont effectivement les marqueurs affichés par le FN.
Que se cache-t-il derrière cela ? 0n a étudié la question dans deux zones caractérisées par un habitat plus ou moins groupé : la Marne, 80%, ou l’Ile et Vilaine, 20%, pays d’enclos et de bocages soit deux zones de sociabilités très différentes réagissant en sens inverse aux changements apportés par la modernisation (motorisation). On cherche à se rassembler à l’Ouest, à s’isoler à l’Est ou une culture fondée sur des rumeurs s’installe plus volontiers et où la criminalité est inversement proportionnelle à la largeur des rues,. De même sur les axes de grandes circulation (fleuves).
À l’Ouest le FN est arrêté par le bocage. Au dessus de 150 m d’altitude, il ne passe plus.
Tout cela est assez enraciné et il n’est pas facile de réagir.
Le FN change à partir de 2002 car s’il ne fait que 1,5% de mieux au 2ème tour de la présidentielle, c’est qu’il a fait le plein de ses voix. En 2007, Sarkozy réalise un hold up sur le FN. Le « pompage » est surtout important dans les grandes villes. Une nouvelle carte apparaît qui oppose les centres ville importants et leur périphérie.

Lire la suite →