Mot clé : ENSEIGNEMENT

05/12/2016 – Big Data, révolution anthropologique ? Gilles Babinet

Big Data : une révolution anthropologique ? Le 5 décembre avec Gilles Babinet

Exposé

J’ai eu un parcours d’entrepreneur avec des succès variés mais qui m’a permis d’« embrasser » le « numérique. Une tribune dans « Les Échos en 2010 » m’a conduit à la présidence d’un Conseil national du numérique (CNN) créé en avril 2011 par Nicolas Sarkozy. J’ai été alors stupéfait de l’incompétence inquiétante des politiques et des fonctionnaires de droite comme de gauche. Cette dernière (via Fleur Pellerin) m’a nommé « digital champion » auprès de la Commission de Bruxelles à l’occasion d’un remaniement du Conseil en décembre 2012.

Le croisement de trois forces est à l’œuvre dans ce domaine :

  • Le doublement tous les deux ans du nombre de transistors présents sur une puce de silicium (sa puissance). Prédit par Moore (un des trois fondateurs d’INTEL) en 1965, il s’est avéré exact[1].
  • En 2025 tout le monde sera connecté à Internet de diverses façons. Un nombre considérable de données (data) est généré SUR LE NET avec une croissance explosive[2] en provenance d’une « multitude » (le « crowd ») de sources[3].
  • Depuis une dizaine d’années existe une nouvelle génération « d’algorithmes » permettant de gérer ces données des centaines et même des milliers de fois plus vite qu’auparavant. Cet ensemble de technologies est couvert par l’appellation de « big data ». Il permet de mieux comprendre[4] notre société, notre environnement et de faire apparaître avec une précision inconnue jusqu’alors les contours des politiques publiques souhaitables et de leur évolution utile, débouchant sur un  accroissement considérable de leur efficacité (et/ou une diminution importante de leurs coûts).

Il en résultera des caractéristiques fortes de la révolution numérique :

-          Les pyramides (ou processus) traditionnelles de prise des décisions seront bouleversées de façon irrémédiable conduisant à une véritable révolution anthropologique.

-          La façon dont les jeunes se serviront de leur cerveau sera effectivement bien différente de la nôtre. Ils sauront manier des savoirs différents et seront ainsi capables de générer des co-créations grâce au phénomène de multitude. Des super pouvoirs capables de mailler par des réseaux des compétences très pointues et surtout inattendues émergeront .

-          On ne se heurtera plus à la hiérarchie souvent bloquante des « sachants ». Plus les pouvoirs seront verticaisés, moins ils seront en adéquation avec cette dynamique et l’« esprit du temps » qui favorisera un monde « plus plat ».

Lire la suite →

10/03/2008 – Autonomie des Universités ? – François Colly, professeur de Droit Public

F Colly

Exposé

Les universités constituent un monde divers en raison : • des disciplines ou intérêts privilégiés par chacune d’elle • du caractère plus ou moins professionnalisant des diverses formations • de la concurrence plus ou moins grande des grandes écoles suivant les disciplines • de l’importance plus ou moins grande de la place qu’y tient la recherche. Lire la suite →

03/11/2003 – L’école peut elle corriger les inégalités sociales ? – Claude Thélot, Président de la commission du « Débat National sur l’ Ecole »

Exposé.

Ce n’est qu’en France que, depuis 40 ans, un tel accent est mis sur les inégalités sociales face aux autres types d’inégalités : territoriales, sexuelles… L’art.1 de la loi de 1989 dit « Le système éducatif contribue à l’égalité des chances » alors qu’avant la guerre de 40, le credo était «Tu feras comme ton père mais mieux ». Lire la suite →