Comptes rendus

06/11/2017 – Gouvernance de l’eau – Erik Orsenna

Le 4 décembre, la gouvernance des grands fleuves avec Érik Orsenna

Exposé Je suis économiste des matières premières. Après 10 ans d’enseignement, j’ai eu envie d’expliquer la mondialisation.

J’ai entrepris un voyage d’étude sur la production du coton. J’ai rencontré des procédés de fabrication très différents. Un jour, dans un village ouzbek, je me suis étonné de voir tous les robinets d’eau ouverts. « Pas de problème, m’a-t-on répondu, on a l’Himalaya ». J’ai fait rapport et ai été contacté par la Compagnie Nationale du Rhône. Cette société originale créée à l’initiative du maire de Lyon associa aujourd’hui à son capital les collectivités locales riveraines du Rhône (17%), la Caisse des dépôts (33%) et ENGIE ex GDF (49,97%). Elle est propriétaire-concessionnaire des barrages hydroélectriques construits sur le Rhône.

La CNR m’a demandé de présider un Club avec une équipe pluridisciplinaire (archéologie, histooire etc…) couvrant les grands fleuves mondiaux.

Lire la suite →

06/11/2017 – Migrations, principes et réalités – Eva Ottavy

Les politiques migratoires au cœur de notre soirée, le 6 novembre avec Eva Ottavy

Cela fait plus de 20 ans que les politiques migratoires s’exportent hors des frontières de l’Union Européenne. 2015 fut une année charnière par le nombre important de migrants et les pays européens se sont sentis dépassés. De là date une véritable crise de l’accueil. Les pays européens de l’Est ont fermé leurs frontières et l’UE a mis en place des Hot Spot en Italie et en Grèce afin de faire le tri entre les réfugiés et les autres et a adopté une politique de relocalisation, c’est-à-dire une répartition équitable des réfugiés entre les pays européens. Mais cette politique a échoué du fait du refus de la plupart des pays membres de l’UE, mis à part l’Allemagne.

C’est dans cette logique que la politique d’externalisation s’est développée laquelle consiste à déléguer la responsabilité de la gestion des questions migratoires (accueil, asile, contrôle aux frontières extérieures de l’UE) à des pays tiers. Les objectifs sont de réduire en amont la mobilité des migrants vers l’UE et augmenter le retour des migrants refusés par l’UE.

Lire la suite →

02/10/2017 – Ordonnances Macron ? Frédéric Lerais.

Il sera question des ordonnances et de relance de l'emploi le 2 octobre avec Frédéric Lerais

Exposé

Les ordonnances « Macron » sont 160 pages de « simplification »du droit du travail. L’IRES est un centre de recherches pour l’ensemble des organisations syndicales. Il s’est penché sur leur examen

Je donnerai ci-après mon point de vue qui n’est pas le même (« plus près d’Eric Heyer que de Pierre Cahuc »)

J’ai beaucoup d’interrogations. On aurait dû faire une pause. Tout le monde est débordé dans les entreprises par les enchaînements de réformes ((Cf. en PJ le n° 155 de la chronique internationale de l’IRES).

Le marché du travail a été très affecté par la crise de 2008 suivie en 2011 par la crise des dettes souveraines qui va avoir des conséquences sur les politiques d’accompagnement en poussant à la mise en place de mesures « qui ne coûtent rien ». À cet égard la réforme du droit du travail est un sujet idéal. Les mesures de sécurisation de l’emploi prises avant 2011 ont été stoppées nettes.

Le PIB de 2017 n’est qu’à 2% au-dessus de celui de2008. On a retrouvé à peu près le même volume d’emploi mais avec beaucoup de temps partiel, en particulier pour les hommes.

Une étude du BIT a recensé 120 réformes de 2000 à 2007 et 400 de 2008 à 2013.

5 axes principaux pour ces réformes :

  1. Le droit du travail avec pour thèmes principaux la facilitation du licenciement, la baisse des indemnités de licenciement, la possibilité d’éviter le recours au juge, l’encadrement des réparations judiciaires en cas de licenciement abusif.
  2. La décentralisation des négociations collectives (En France elle date des lois Auroux de1982) avec beaucoup de limitations à la durée des accords et à l’extension possible des accords de branche ; la possibilité de négocier avec des représentants élus non syndicaux ; des réformes sur la représentativité syndicale.
  3. Plus d’incitations au retour à l’emploi.
  4. Les politiques « actives » : formation, accompagnement, contrôle des chômeurs. Resserrement sur les plus fragiles.
  5. La recherche de la baisse du coût du travail. Gel des minima sociaux, baisse des cotisations sociales couplées à l’embauche en CDI.

Lire la suite →

26/06/2017 – AG du CLUB – Adhérents

Nous étions 29 pour cette ag et faire le point sur l’année 2016/2017 du Club.

 

La première partie de la soirée a permis de partager tartes, légumes, fruits, idées, nouvelles politiques, nouvelles familiales, etc…

 

PUIS un point rapide a été fait sur la situation financière et celle du nombre d’adhérents : on peut le résumer par un mot STABILITE du nombre d’adhérents (100) et de la situation financière, avec un petit matelas financier qui pourrait couvrir quelques aléas informatiques ou internet.

 

ENSUITE, le point sur l’année de soirées/conférences a montré une satisfaction globale sur la variété des thèmes et la manière dont ils ont été portés par les invités et les membres du Club.

 

Pour l’année à venir il a été demandé d’essayer de trouver des invités proches des réalités de terrain (un peu à l’image de Christine Ménard, cette année). Cela pourrait concerner l’évolution de la loi travail, de la loi sur l’état d’urgence qui seront mises en place au courant des prochains mois.

 

On cherchera autour du parlement européen quelqu’un qui pourrait nous évoquer l’évolution du rôle de l’Europe, mais aussi pourquoi pas, la question des migrations intra et extra européennes.

 

La question du Moyen Orient restera prégnante : nous avons la possibilité de joindre facilement Alain Diechkoff et  Henry Laurens.

 

L’Afrique (ou les Afriques) devrait retenir notre attention avec nombre d’intervenants possibles suivant les axes de réflexion choisis.

 

Enfin sujet global, l’écologie : nous avons une proposition d’un géographe (Pierre Donadieu) sur ‘l’avenir des biens communs’. Nous devrions faire appel à lui pour travailler sur ce nouveau terme…

 

Le ca va reprendre ces propositions pour bâtir un programme pour l’année à venir, en essayant d’y inclure une soirée autour d’un livre, ce qui n’a pas été fait cette année.

 

 

Enfin, le Club a 28 ans et à l’occasion des 30 ans, certains voudraient que nous fassions un travail de retour sur ce qui nous a préoccupé et comment nous avons traité ces préoccupations au cours du temps. Le site du Club contient tous les thèmes évoqués depuis le début, mais aussi tous  les compte rendus depuis 15 ans. Nous y avons ajouté une reprise par mots clés qui pourrait aider à sélectionner les thèmes les plus fréquentés.

 

Jacques de Rotalier

Pour le ca du Club.

 

 

 

 

 

29/05/2017 – Recomposition politique – Laurent Bouvet

Le 29 mai, vers quelle décomposition, recomposition de la vie politique française allons nous, avec Laurent Bouvet

Exposé

La « surprise » Macron est exceptionnelle dans la Vème République. Elle est le fruit d’une conjonction particulière d’évènements politiques. Je connais Emmanuel Macron depuis 2000 où je l’avais rencontré à « Esprit ». Disons qu’il a su prendre sa chance. Il a éliminé tous les vieux candidats de 2008 dont le peuple ne voulait plus. Il a bénéficié de partis en fin de course dont le PS, le parti d’Épinay. François Hollande ne s’est pas représenté. Il a su profité des circonstances. Le ralliement de Bayrou l’a bien aidé.

Au-delà, Emmanuel Macron (EM) a bien saisi une appétence pour des partis plus larges que les partis traditionnels, pour des mouvements. Mélenchon a fait de même. Ces grands mouvements n’ont pas été analysés par les politologues.

EM a aussi saisi une demande de verticalité, d’autorité, d’être gouvernés, de quelqu’un qui dit ce qu’il va faire. Il l’a fait en passant au centre.

Il est trop tôt pour parler de l’organisation de son mouvement (voir Philippe Raynaud : « L’esprit de la Vème République »). On fait parfois référence à la théorie US des réalignements politiques qui dit qu’il faut attendre2 ou plus d’élections pour cela. Ceci dit on est sans doute dans un réalignement assez profond. Aura-t-on un bloc central flanqué de La France Insoumise (LFI) et du FN ? Il faut attendre quelques mois pour juger de la discipline des nouveaux députés. Le résultat des législatives ne nous en dira pas assez. Globalement la France est à droite. La majorité qui va sortir des urnes sera plutôt à droite.

Lire la suite →